Il y a quelques temps, alors que je lisais un livre sur le bonheur, je me suis aperçue que nous sommes nombreux à pouvoir cocher toutes les cases qui définissent le bonheur.

Ou du moins une grande quantité de ces cases.

Malgré tout nous restons insatisfaits, comme si quelque chose nous échappait malgré nous.

C’est alors que j’ai mis le doigt dessus : il nous manque la joie!

Définition (Larousse):

  • Sentiment de plaisir, de bonheur intense, caractérisé par sa plénitude et sa durée limitée, et éprouvé par quelqu’un dont une aspiration, un désir est satisfait ou en voie de l’être : Ressentir une grande joie. Être fou de joie.
  • Ce qui provoque chez quelqu’un un sentiment de vif bonheur ou de vif plaisir : C’était une joie de les regarder

Si la joie provoque le bonheur, pourquoi est-ce qu’on ne va pas directement activer ce levier pour être heureux?

J’ai demandé à mes contacts ce qui les rend joyeux, et j’ai catégorisé leurs réponses:

  • les autres : leur bonheur, leurs sourires, les relations qu’on a aux autres
  • « manger » est revenu assez souvent également… je recoupe cela avec les plaisirs des sens : caresser, danser, être dans les bras de son conjoint, câliner ses enfants, des animaux, se produire sur scène, écouter un morceau de musique
  • le « beau » : étant entendu que ce point reste totalement subjectif, il reste néanmoins que nos référents de la beauté nous donne de la joie

J’ai alors posé la question suivante :

est-ce que la simple évocation de ce qui vous rend joyeux, vous rend heureux?

Dans la majeure partie des cas, la réponse est oui.

Prenez donc un peu de joie, pour atteindre le bonheur! Il vous suffit de penser à ce qui vous rend joyeux 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *